Revue Le Guillon n° 57 – octobre 2020

Le Guillon

Photo de couverture: Féchy en hiver par Régis Colombo

Sur fond de pandémie...

Personne n’a été épargné par la Covid-19. Les professionnels du vin ont, eux aussi, subi de plein fouet le fléau. Parfois, tragiquement, dans leur chair. Economiquement toujours. Beaucoup ont développé des trésors d’imagination pour continuer de proposer leurs crus aux consommateurs, perturbés par cette crise majeure. Les témoignages des uns et des autres méritent le détour par la lecture de cette revue.

Aujourd’hui l’incertitude demeure. Mais le monde vitivinicole n’a pas cessé de tourner. Certes, de nombreux salons et foires ont disparu de l’agenda de la branche. Hôtels, restaurants et bars ont dû limiter l’accès à leurs tables. Quand ils n’ont pas purement et simplement fermé leurs portes.

Vignerons, coopératives et négociants on vu leurs débouchés naturels se restreindre dangereusement. 

En réduisant la voilure, en se passant de public, plusieurs concours ont tout de même pu se dérouler. Et consacrer de remarquables champions. Tant mieux. Mais les amateurs de crus vaudois doivent maintenir l’élan «patriotique» constaté lors du semi-confinement. Un vin doit être consommé, pour que lauriers et médailles ne perdent pas tout leur sens.

La Confrérie du Guillon a, de son côté, vécu une année blanche, imposée par les règles sanitaires. Mais tous ses acteurs – gouverneur, conseillers, gais compagnons, fanchettes, trompettes, cavistes – sont d’ores et déjà prêts à dégainer leurs talents respectifs en 2021...  

Pascal Besnard, Rédacteur responsable

S'abonner